mardi 24 avril 2018

Le poète haïtien Claude Sterlin ROZEMA nous parle d'un LIEU MÉMORIEL...



un lieu mémoriel non pénétré
protégé par un mur anonyme
plein de morceaux d’existence
laissant tout voir à travers les mots
qui créent la part des choses
avec un langage qui nous modèle
en des diseurs de tout 
qui matérialisent une frontière
forçant chaque mot 
dans son immédiateté
à s’aventurer droit vers l’horizon


un lieu avec un ailleurs 
un chant à l'unisson 
vomi à mille lieues d'une houle insolite 
en va-et-vient 
flirtant avec le pied du mur 
menant vers l'inconnu
là où un souffle nous parvient
et nous attire d'un monde à l'autre


est-ce un jour 
à l'aurore 
que ce lieu survivra
à son franchissement total


(...)






















Claude Sterlin ROZEMA
In Le chant des bas-fonds













All rights reserved.







lundi 23 avril 2018

Jean - Louis ROBERT (La Réunion).





ailes cristal qui bruissent
le temps d'un frisson
sous les cils de la nuit
envolement d'un désir























Jean - Louis ROBERT.





dimanche 22 avril 2018

Les NOUVEAUTÉS de la RAL,M de Patrick CINTAS.



Bonjour,




***NOUVEAU***
MISE EN LIGNE DE LA RALM 103 : Des Jours à l'Héméron de Patrick Cintas.
(2e trimestre 2018 in progress)






A LA UNE CETTE SEMAINE
Beurk - Le salariat pue - chez Caméras animales.
S .. OMBRE .. S

Ce sera le seul vers de cet ouvrage somme toute sans poésie.
« Va te faire... » Suit une liste de destinations puantes... à compléter bien sûr.
Écrites sur le chemin de l'emploi ou à même ses surfaces suffocantes, ces pages constituent, à peu de choses près, le catalogue de l'enfermement, au-delà même du bureau, de la chaîne, du métro et autres outils de l'asservissement et étant donné que devient salarié qui veut et fou celui qui n'en peut plus.
Il faut aussi lire sous le texte (car c'en est un) les raisons de cette curieuse soumission à l'idée de survivre à l'existence. Un peu comme qui entre dans le confessionnal en sachant bien que la faute n'est grande que parce qu'on accepte de la commettre. La double question, comme au théâtre de la cruauté, se pose en termes simples et sans force :

— Veux-je vivre, oui ou non (inquisitoire) ?
— Est-ce que, par hasard, écrire ne pallierait pas ce qu'il faut bien considérer, à force d'esclavage, comme une connaissance de la douleur ?...


SEMAINES - avec Daniel Aranjo, Gilbert Bourson, Patrick Cintas, Daniel de Cullá, Jean-Michel Guyot, Pascal Leray, Stéphane Pucheu, Gilles Teboul,
Stéphane Tomaso, Henri Valero, Robert Vitton, le groupe Personæ.



PLUS - Charles Ofaire, Jesús Quintanilla Osorio.


EN PRIME - dans la petite bibliothèque portative de Patrick Cintas - L'Art pour tous - Mallarmé.




Les manuscrits peuvent être proposés via la présente adresse e-mail.




Bonne lecture.











Un texte de Patricia LARANCO, RAILLER...OU RALLIER?



Railler…ou rallier ?
Je raille, tu rallies.
Je me relie, tu râles.
Je raye, tu relis,
tu répètes, je pète ;
tu annones, je tonne (suis-je mauvais jeton ?)

Mais rallier, n’est-ce pas aller sur des rails ?
Et railler, n’est-ce pas fréquemment dérailler ?

Rallier, s’allier, est-ce que ça salit ?
Railler, n’est-ce pas, au bout d’un temps, payer ?



Railler et rallier…ne sont-ce pas deux failles ?
N’est-ce pas de la paille
qui prend pour très peu feu ?
Ou des dérivatifs empêchant de rouiller ?

Prend-on fait et cause simplement pour causer,
histoire d’oser, de s’user pour quelque chose ?

Pourquoi fait-on risette à la dérision ?
Par manque de sérieux ?
Parce qu’on se sait rieur ?
Parce qu’on est méfiant ? Et qu’on prend garde aux fientes ?
Parce qu’il y a tant d’avis…et qu’on connait la vie ?


















Patricia Laranco




samedi 21 avril 2018

U.S : Bail out Black mamas !



In the tradition of buying our people's freedom, we are bailing out moms for Mother's Day !
















Dear friend. 



We are doing it again. This Mother's Day we are bailing out mamas in cities around the country to give incarcerated mothers an opportunity to spend Mother’s Day with their families. National Mama’s Bail Out Day is a coordinated effort by more than a dozen organizations to reunite families on Mother's Day and bring attention to the true costs of money bail and mass incarceration. In the tradition of literally buying our people’s freedom, we are setting Black women free from the jaws of incarceration.

The impact of money bail on Black families cannot be understated. The two billion dollar bail bond industry is profiting from the separation and destruction of Black families. At least 80 percent of women caged behind bars are mothers and most of them not found guilty. Many never will be. Yet, they are still in jail and separated from their families because they are simply too poor to afford bail. We are taking Black matters into Black hands and bailing out unconvicted women across the country.






We know Black women often serve as anchors for many Black families. Oftentimes there isn’t anyone to bail out Black women when they disappear into the system. This is just one of the many ways Black women are caught in the invisible crosshairs of incarceration and we need your help to continue raising awareness on this important issue.

Last year, we were able to bail out over 100 Black moms. This year we are going even further. In February, we published a toolkit so communities across the country could join our efforts. Individuals and organizations across the country have been signing up to free Black mamas and they need your support.






In addition to bailing out Black mamas, we are supporting local campaigns to bring an end to this predatory system. In places like Memphis, Atlanta and Durham, organizers who helped create National Mamas Bail Out Day last year, have been working to advance critical policy changes. We’re using this year's bailouts to free our people and increase the pressure on local officials.

Money should not determine anyone’s freedom. No one should be separated from their loved ones simply because they are too poor to afford bail. We need to abolish the for-profit bail industry. We do that by continuing to highlight the destabilizing impact of the money bail system on Black families. Most importantly, we do that through acts of love and generosity for Black people.






Until justice is real, 





Scott Roberts












Color Of Change is building a movement to elevate the voices of Black folks and our allies, and win real social and political change. Help keep our movement strong.





ESSO lauréat du PRIX NOBEL.






La Fondation Nobel qui prétend défendre la lutte contre le dérèglement climatique participe en fait à la destruction de la planète en investissant financièrement chez les géants de l'industrie pétrolière.

Dites à la Fondation Nobel de joindre les paroles aux actes en se désinvestissant des industries fossiles.































Plus de 837 institutions représentant plus de 6 000 milliards de dollars se sont engagées à cesser d'investir dans les industries fossiles, prenant clairement position contre les compagnies responsables du dérèglement climatique. Mais la Fondation Nobel n'est toujours pas - encore - des leurs.

L'an dernier, la Fondation qui remet chaque année les prix Nobel, a été forcée d'abdiquer face à la pression médiatique en désinvestissant entièrement des industries relatives au nucléaire militaire.

La pression citoyenne porte donc ses fruits ! 

Nous pouvons obtenir une nouvelle victoire en additionnant aujourd'hui nos voix à celles des activistes climatiques suédois, ainsi qu'à celles des lauréat.e.s du prix Nobel du monde entier, qui appellent l'institution qu'ils aiment à se désinvestir des énergies fossiles. 






Il faudra plus que le retrait des actifs de la Fondation Nobel pour faire le poids face aux géants du gaz et du pétrole que sont Exxon, Total, BP et Shell. Mais un engagement public en faveur du désinvestissement de la part d'une des fondations les plus prestigieuses au monde enverrait un puissant et formidable signal à l'ensemble des grandes institutions à l'international.

En 2007, le Prix Nobel était remis à Al Gore et aux plus grands scientifiques traitant de la question climatique. Plus de dix ans plus tard, il est plus que temps que la Fondation Nobel mette en adéquation ses prises de position... et ses investissements financiers. 

Les investisseurs responsables ne devraient plus cautionner les activités destructrices et climaticides de multinationales comme Exxon, Total ou Shell. Et cela concerne d'autant plus la Fondation Nobel, qui a pour objectif premier de mettre en avant les avancées bénéfiques à l'humanité dans tous les domaines.


Cela fait deux ans que Fossil Free Sweden a commencé sa campagne de désinvestissement visant la Fondation Nobel, après avoir convaincu les villes de Malmö et de Stockholm de désinvestir des énergies fossiles. Depuis, plus de 20 scientifiques et lauréat.e.s du prix Nobel du monde entier ont rejoint la campagne. 

La campagne demande à ce que la Fondation Nobel : 
  • Adopte immédiatement une nouvelle politique d'investissement par laquelle les fonds investis par la fondation ne peuvent être alloués à des companies faisant plus de 5% de leurs profits sur le charbon, le pétrole ou le gaz
  • Adopte un plan de désinvestissement de ses actifs de ces companies sur cinq ans
  • Soit transparente et ouverte sur le processus de désinvestissement ainsi engagée
  • Déclare publiquement le désinvestissement de la fondation, en démontrant l'intention réelle de celle-ci de cesser ses investissements financiers dans l'industrie fossile
  • Appelle les autres institutions à lui emboîter le pas






Les membres de SumOfUs sont un levier formidable pour soutenir les activistes climatiques et défenseurs de l'environnement contre les méga-projets de mines ou de gazoducs des géants des fossiles. Nous faisons aussi pression sur les marques de prêt-à-porter pour que celles-ci changent radicalement leurs chaînes de production et de distribution, et aider à la transition énergétique nécessaire à la préservation de la planète. Élevons nos voix aujourd'hui pour que la Fondation Nobel fasse ce pas décisif et se désinvestisse des énergies fossiles.




Merci pour tout ce que vous faites,









Eoin et l'équipe SumOfUs
















**********




Plus d'informations







Hicham OUADGHIRI (Maroc).




Mais montre donc ce visage que tu caches derrière ton visage ! Lacère cette bulle opaque ! Laisse fuir de toi ce qui ne porte pas d'ombre sur la surface du sol ! Puis ravale cette voix, perfore ce silence, donne pour une fois à cette absence qui te mine le droit et la chance d’advenir parmi nous : corps de ton corps, néant de ton néant.

















Hicham OUADGHIRI.